Spiritualité : sept jours de retraite à la maison

Spiritualité : sept jours de retraite à la maison

ARTICLE | 03/06/2019 | Numéro 2159 | Par Anne-Laure d'Artigues

Commenter | Imprimer | Classer
Le Jugement dernier

Cette retraite atypique nous donne l'occasion de méditer sur des œuvres artistiques, telles que Le Jugement dernier, de J. C. Hackhofer (1716).

 ©E.LESSING-AKG IMAGES

MAGAZINE – Et si nous partions suivre une retraite... sans bouger de chez nous ? C’est ce que nous propose ce guide, en s’appuyant sur une sélection d’œuvres d’art, picturales et musicales.

 
PUBLICITÉ
https://s8t.teads.tv//creative-6753877076528315/scroller-1559656087136.jpg"); width: 748px; height: 475px; background-size: 748px 1710px; background-position: 227px -475.857px;">
 

Quand on pense « retraite », les mots « couvent » ou « monastère » viennent immédiatement à l’esprit. Mais cela nécessite-t-il vraiment de faire ses valises et de s’en aller pour quelques jours, loin du vacarme de la ville ? Nous avons testé la retraite à domicile...

Osez entrer dans la Vie éternelle !, ouvrage signé par Pierre-Marie Varennes chez Magnificat, propose à tout chrétien adulte une heure par jour de retraite spirituelle en musique, à vivre chez soi ou en vacances, pendant sept jours. Pas besoin de monastère, ni de quotidien rythmé par les chants des moniales. Il suffit, comme nous l’avons fait, de suivre point par point les indications de ce livre truffé de conseils bienveillants et savamment pensés, avec un objectif à la clé : goûter aux joies de la Vie éternelle. « Au long d’un admirable parcours, promet l’auteur, ce livre va vous aider à entrer dans l’Éternité qui vous est offerte. »

Avant d’entrer dans l’Éternité, il faut caler chaque jour, pendant sept jours consécutifs, une heure pour se poser. Critère numéro un : s’assurer de n’être dérangé par personne ! Ni par vos enfants, ni par votre voisin, ni par le coup de téléphone de votre belle-mère qui souhaite connaître la date de votre prochaine venue chez elle. Pierre-Marie Varennes est d’ailleurs clair sur ce point : il sera difficile de réaliser ces sept jours de retraite en période d’activités professionnelles, familiales, ou bénévoles intenses. « La retraite ne peut raisonnablement avoir lieu que pendant les moments où les tâches quotidiennes ne sont pas trop prenantes. » Ne comptez donc pas sur les vacances de Pâques en famille ou sur la virée aux sports d’hiver pour vous lancer dans cette aventure spirituelle. Préférez des vacances reposantes, au calme, ou un moment de votre vie où tout semble aller moins vite.

Avant de se lancer...

Le lieu de la retraite, lui aussi, a de l’importance. Si la nature est belle, elle est aussi souvent distrayante et bruyante. Il faut pourtant que l’attention que l’on porte à cette heure ne faiblisse pas, que notre capacité de concentration soit à son maximum. Dans l’idéal, donc, on préférera une pièce simple, avec une décoration sobre, pour que notre esprit ne soit pas tenté de virevolter à droite et à gauche durant cette courte pause de la journée.

▶︎ À LIRE AUSSI : Comment faire une bonne retraite spirituelle ?

Dans Osez entrer dans la Vie éternelle !, chaque heure est rythmée de la même façon : un thème différent chaque jour, une prière en musique – deux CD sont glissés dans le livre ainsi que des conseils sur la prière en musique –, une lecture de la parole divine, une méditation, une prière d’espérance en musique, un mystère, et une contemplation en silence. Respectant une trame bien précise, cette retraite permet à chacun de ne pas s’évader. On suit point par point les indications de l’auteur, et on se laisse guider par lui – et par le Seigneur. Bon à savoir : cette heure peut être réalisée en couple. Attention, cependant, à bien suivre les indications du livre pour la version « en couple ».

Une plongée spirituelle dans chaque œuvre

L’originalité de cette retraite, ce sont les textes et les musiques. Dans une retraite classique, au sein d’un monastère, on aura tendance à privilégier une méditation à partir de récits bibliques connus de tous. Ici, la lecture de la parole divine a bien sûr toute sa place, mais ce n’est pas tout. Les récits des mystères médités sont des fictions, même si elles sont inspirées directement de la Bible. On découvre ainsi un dialogue magnifique entre Dieu et Ève après que cette dernière a péché, une discussion entre Marie Madeleine et Jésus près du tombeau, ou un échange incroyable entre Élisabeth et la Sainte Vierge, toutes deux assises sur un banc. Ces textes sont de véritables trésors et nous font entrer, sans aucun mal, dans une méditation puissante, spirituelle. En tout, sept mystères sont présentés de la sorte par l’auteur : le mystère du mal, le triomphe de la miséricorde, le triomphe de l’humilité, le mystère de la compassion, le triomphe du corps humain, le triomphe du commandement nouveau, et le triomphe final de l’amour. Pour Pierre-Marie Varennes, ces mystères visent, chacun, la redécouverte de sa vocation de chrétien et les conséquences de cet appel à la Vie éternelle dans le quotidien.

Tout au long de la retraite, on redécouvre également avec joie certains chefs-d’œuvre musicaux. On apprend à écouter autrement des musiques, à prier avec elles, à percer leur spiritualité profonde. C’est le cas, par exemple, de « Va, pensiero », l’un des chœurs les plus connus au monde, dans l’opéra Nabucco de Verdi. Inspiré du psaume 136, il devient le chant d’espoir des Hébreux retenus en esclavage à Babylone, après la destruction du premier Temple de Jérusalem. Parallèlement, on goûte aussi autrement la contemplation d’une quarantaine de peintures et gravures. Il ne s’agit plus d’une simple contemplation artistique, mais d’une véritable plongée spirituelle dans chaque œuvre.

« Ce livre est unique. Il va vous faire découvrir l’Éternité qui vous est offerte », promet Pierre-Marie Varennes. Alors, goûte-t-on vraiment aux joies de l’Éternité après sept jours de retraite à la maison ? La réponse est oui, mille fois oui !

Anne-Laure d'Artigues

De nos jours les églises sont souvent fermées...

porte closeDe nos jours les églises sont souvent fermées en dehors des heures de messe, par crainte des voleurs et des profanateurs: triste époque qui ne respecte plus le sacré, qui a étouffé le sens !
Aussi, Jésus au tabernacle est bien souvent seul.
Mais les églises seraient-elles ouvertes, irions-nous rendre des visites gratuites à Jésus, là ? ostensoir     Pas sûr !
     Nous sommes si affairés !
Perdre quelques minutes, gratuitement, pour faire plaisir à Jésus, pour honorer sa présence si humble. Et dans le tabernacle de notre coeur, est-ce que nous le visitons ?

Méditons avec la bienheureuse Dina Bélanger

"Je désire particulièrement l'application à me visiter au Saint-Sacrement avec et comme ma très sainte Mère. Je veux que ces visites soient des "visites d'amour", des visites de consolation pour mon coeur.
Je veux qu'à chacune de ces visites, les âmes se retirent chargées de mes richesses infinies pour elles-mêmes et pour les autres."

"Je désire qu'elles prennent l'habitude de me faire des visites en esprit: une seule pensée, un regard de l'âme vers mon coeur eucharistique suffit. Enfin, qu'elles me visitent en compagnie de ma très sainte Mère. C'est elle qui leur apprendra comment me consoler et comment participer à les richesses divines."

Autobiographie, non datée

Sous-catégories

« Comme être social, l´homme a besoin de signes et de symboles pour communiquer avec autrui, par le langage, par des gestes, par des actions. Il en est de même pour sa relation à Dieu. » (Catéchisme de l´Eglise catholique, n° 1146)

Ainsi les sacrements sont des signes visibles du don gratuit de Dieu (la grâce), qui permettent aux hommes de prendre conscience de la présence de Dieu au milieu d´eux. Ce sont des actes d’alliance qui unissent au Christ par l’action de l’Esprit Saint, relient les hommes à Dieu et à leurs frères par le plus intime d’eux-mêmes et incorporent dans l’Eglise.

Tout sacrement comporte trois dimensions :

  • un signe, ce que l´on voit;
  • une parole, ce que l´on entend;
  • un symbole, ce que le signe et la parole expriment.

Le concile Vatican II exprime l’action du Christ dans la célébration des sacrements : « Il est là présent par sa vertu dans les sacrements au point que lorsque quelqu’un baptise, c’est le Christ lui-même qui baptise » (Constitution Sacrosanctum, n° 7). Ainsi le sacrement est un «événement de salut» dans lequel le Christ lui-même agit et nous rejoint dans des situations particulières de notre vie.

En marquant les moments les plus décisifs de la vie humaine, les sept sacrements manifestent que c’est toute notre existence, dans ses différentes étapes, qui est appelée à être vécue avec le Christ :

• Les trois sacrements de l’initiation chrétienne : Baptême, Eucharistie et Confirmation sont trois étapes qui permettent d’entrer dans le mystère du Christ mort et ressuscité et de grandir dans la foi.
• Les sacrements de guérison : Réconciliation et Onction des malades ouvrent un chemin d’espérance.
• Les sacrements de l’engagement : L’Ordre et le Mariage consacrent des cheminements de vie baptismale.

Les sacrements sont une force qui permet d’aimer et de « porter du fruit » dans tous nos lieux de vie. Ils communiquent la vie divine, réalisant notre vocation de fils du Père, frères en Jésus Christ, animés du souffle du même Esprit !

 logo octobre 2019 missionnaire


Le Pape François a souhaité que le mois d’octobre 2019 soit déclaré pour toute l’Eglise, “Mois missionnaire extraordinaire”.

Traditionnellement, il n’y avait qu’un dimanche de la Mission lors du mois d’octobre, cette année ce sera un mois complet !

Le thème en est “Baptisés et envoyés”

 

Les Mées

Saint-Auban

Malijai

Volonne

Peyruis

L'Escale

Dabisse

Montfort

Lurs

Sourribes