Pour clore ce centenaire du 11 novembre, voici cette sublime et célèbre prière de Paul Claudel

Pour clore ce centenaire du 11 novembre, voici cette sublime et célèbre prière de Paul Claudel :
La Vierge à midi

 

Il est midi. Je vois l'église ouverte. Il faut entrer.
Mère de Jésus-Christ, je ne viens pas prier.
Je n'ai rien à offrir et rien à demander.
Je viens seulement, Mère, pour vous regarder.
Vous regarder, pleurer de bonheur, savoir cela
Que je suis votre fils et que vous êtes là.
Rien que pour un moment pendant que tout s'arrête.
Midi !
Être avec vous, Marie, en ce lieu où vous êtes.
Ne rien dire, regarder votre visage,
Laisser le cœur chanter dans son propre langage.
Ne rien dire, mais seulement chanter parce qu'on a le cœur trop plein,
Comme le merle qui suit son idée en ces espèces de couplets soudains.
Parce que vous êtes belle, parce que vous êtes immaculée,
La femme dans la Grâce enfin restituée,
La créature dans son honneur premier et dans son épanouissement final,
Telle qu'elle est sortie de Dieu au matin de sa splendeur originale.
Intacte ineffablement parce que vous êtes la Mère de Jésus-Christ,
Qui est la vérité entre vos bras, et la seule espérance et le seul fruit.
Parce que vous êtes la femme, l'Eden de l'ancienne tendresse oubliée,
Dont le regard trouve le cœur tout à coup et fait jaillir les larmes accumulées,
Parce que vous m'avez sauvé, parce que vous avez sauvé la France,
Parce qu'elle aussi, comme moi, pour vous fut cette chose à laquelle on pense,
Parce qu'à l'heure où tout craquait, c'est alors que vous êtes intervenue,
Parce que vous avez sauvé la France une fois de plus,
Parce qu'il est midi, parce que nous sommes en ce jour d'aujourd'hui,
parce que vous êtes là pour toujours, simplement parce que vous êtes Marie, simplement parce que vous existez,
Mère de Jésus-Christ, soyez remerciée !

Paul Claudel
(extrait de "La Vierge à midi", Poèmes de Guerre, N.R.F., 1914-1915)

Le pape mobilise les catholiques: prière quotidienne pour l’Eglise

  • Catégorie : Prières
  • Publication : mercredi 10 octobre 2018 05:37
  • Écrit par Administrateur site
  • Affichages : 48
     
Sous l’abri de ta miséricorde,
nous nous réfugions, Sainte Mère de Dieu.
Ne méprise pas nos prières
quand nous sommes dans l’épreuve,
mais de tous les dangers
délivre-nous toujours,
Vierge glorieuse et bénie.
Amen 
                       Saint Michel Archange,
défendez-nous dans le combat
et soyez notre protecteur contre la méchanceté et les embûches du démon.
Que Dieu exerce sur lui son empire, nous vous en supplions ;
et vous, Prince de la Milice Céleste,
par le pouvoir divin qui vous a été confié,
précipitez au fond des enfers Satan
et les autres esprits mauvais qui
parcourent le monde pour la perte des âmes.
Amen.
 
     

Georges Brassens - La prière

C'est un peu une litanie pour notre temps que chantait, en 1953, Georges Brassens avec son «Je vous salue, Marie».
Sur des paroles de Francis Jammes, Brassens fait de Marie le témoin silencieux de nos réalités quotidiennes. Une manière d'actualiser la salutation à Marie avec des mots d'aujourd'hui, de rappeler que c'est bien de la vie des hommes que jaillit l'authentique prière
(extraits de La prière. Editions Musicales Ray Ventura).

 

Par le petit garçon
qui meurt près de sa mère
tandis que des enfants s'amusent au parterre ;
et par l'oiseau blessé qui ne sait pas comment
son aile tout à coup s'ensanglante et descend,
par la soif et la faim et le délire ardent :

je vous salue, Marie.

Par les quatre horizons qui crucifient le Monde,
par tous ceux dont la chair se déchire ou succombe,
par ceux qui sont sans pieds,
par ceux qui sont sans mains,
par le malade que l'on opère et qui geint,
et par le juste mis au rang des assassins :

je vous salue, Marie.

Par la mère apprenant que son fils est guéri,
par l'oiseau rappelant l'oiseau tombé du nid,
par l'herbe qui a soif et recueille l'ondée,
par le baiser perdu par l'amour redonné,
et par le mendiant retrouvant sa monnaie :

je vous salue, Marie.

« L'œuvre de Dieu, c'est que vous croyiez en celui qu'il a envoyé »

  • Catégorie : Prières
  • Publication : lundi 16 avril 2018 04:46
  • Écrit par Sainte Faustine Kowalska (1905-1938), religieuse
  • Affichages : 236

Je m'incline devant toi, Pain des anges (Ps 78,25),
Avec une foi profonde, espoir, amour,
Et du plus profond de mon âme, je t'adore
Bien que je sois néant.

Je m'incline devant toi, Dieu caché,
Et de tout mon cœur, je t'aime.
Les voiles du mystère ne me gênent pas ;
Je t'aime comme les élus au ciel.

Je m'incline devant toi, Agneau de Dieu,
Qui effaces les péchés de mon âme,
Que je reçois en mon cœur, chaque matin,
Et toi, tu m'aides à mon salut.

 


Petit Journal, § 1323 (trad. Parole et dialogue 2002, p. 449)

Saint-François d'Assise, Prière

Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix,
Là où est la haine, que je mette l'amour.
Là où est l'offense, que je mette le pardon.
Là où est la discorde, que je mette l'union.
Là où est l'erreur, que je mette la vérité.
Là où est le doute, que je mette la foi.
Là où est le désespoir, que je mette l'espérance.
Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière.
Là où est la tristesse, que je mette la joie.

O Seigneur, que je ne cherche pas tant à
être consolé qu'à consoler,
à être compris qu'à comprendre,
à être aimé qu'à aimer.

Car c'est en se donnant qu'on reçoit,
c'est en s'oubliant qu'on se retrouve,
c'est en pardonnant qu'on est pardonné,
c'est en mourant qu'on ressuscite à l'éternelle vie.

 

http://lestextesdesveilleurs.blogspot.fr/p/prieres-et-textes-religieux.html

Défi et prière pour le mois de novembre 2018

Universelle: au service de la paix
Pour que le langage du cœur et le dialogue priment toujours sur le langage des armes.

Prière

Seigneur Jésus, Prince de la paix,
Dans un monde déchiré par la guerre et par la violence, je me sens souvent perdu et insensible à la réalité de la souffrance de tant de frères et soeurs.
Je te demande de toucher mon cœur, pour que je puisse être un bâtisseur de dialogue et de paix, en commençant par ceux à qui je dois pardonner ou demander pardon.
Envoie, Seigneur ton Esprit, dans le cœur de ceux qui font la guerre, afin qu’ils se sentent poussés au dialogue et qu’ils se rendent compte que la violence ne résout pas les problèmes mais qu’elle cause au contraire encore davantage de souffrances.
Accorde-moi de sentir toujours ta paix et de la transmettre à mes frères.

Prière d’offrande 

Père très bon, je sais que tu es toujours avec moi,
Me voici, en ce jour nouveau.
Mets mon cœur, une fois encore,
auprès du Cœur de ton Fils Jésus,
qui s’offre pour moi
et qui vient à moi dans l’Eucharistie.
Que ton Esprit Saint fasse
de moi son ami et apôtre,
disponible à sa mission.
Je mets en tes mains
mes joies et mes espérances,
mes activités et mes souffrances,
tout ce que j'ai et possède,
en communion avec mes frères et sœurs
de ce réseau mondial de prière.
Avec Marie, je t'offre cette journée
pour la mission de l’Eglise
et pour les intentions de prière du Pape de ce mois.

Propositions pour le mois 

Des pistes pour réfléchir… 

  • Quelles sont les personnes ou les situations qui auraient besoin, dans ton cœur, de réconciliation ? Tu peux offrir le pardon à tes frères et sœurs qui attendent cela de toi par des paroles et des gestes concrets.
  • Tu peux aussi cultiver autour de toi le dialogue, la réconciliation et la compréhension réciproque, face à des situations personnelles de conflits ou de ruptures, et ainsi construire des ponts et favoriser la paix.
  • Et pourquoi ne pas organiser avec ta communauté un temps de prière pour contribuer à ce que les cœurs passent de l’indifférence à la compassion pour les personnes frappées par la guerre, les conflits et la violence du monde ?

Les Mées

Saint-Auban

Malijai

Volonne

Peyruis

L'Escale

Dabisse

Montfort

Lurs

Sourribes

Acces rapide