Le sacrement de l'ordre est un don qui transcende l'homme

Le mot du Père Martin

Publié dans le Bulletin de l'AED - Janvier 2019

Chers amis,

Le thème central du Synode des évêques sur la jeunesse était la question de la vocation. Les pères synodaux ont souligné que chacun était appelé par Dieu. En fait, notre vocation à tous est d'appartenir au Christ par le baptême, d'être façon nés par le sceau de l'Esprit Saint dans la confirmation, de faire corps avec lui dans la Sainte Eucharistie. Le mystère de la vocation sacerdotale est étroitement lié à l'administration des sacrements. Mais le sacrement de l'ordre est un don qui transcende l'homme. C'est une élection à laquelle on prend part de façon imméritée. Dieu choisit qui il veut. Il s'agit souvent d'hommes qui ne sont pas à la hauteur d'un tel appel. Chaque vocation sacerdotale est donc une merveilleuse histoire à travers laquelle se profilent déjà les miracles ultérieurs que Dieu veut réaliser à travers le prêtre. L'une de ces nombreuses histoires nous a été racontée par Fernando. C'était au séminaire de Montevideo, en Uruguay. Le pays est complètement sécularisé, un gouvernement maçonnique a banni la religion de la vie publique depuis des décennies. Une vocation religieuse y est un vrai miracle. Fernando, 21 ans, se prépare depuis quatre ans à son ordination sacerdotale.

Son histoire a commencé un jour ordinaire.
«J'étais à l'école quand est arrivée la terrible nouvelle de la mort de notre curé, mortellement blessé dans un accident de voiture. Il était très proche de notre famille. ]e ne pouvais pas le croire, mais quand je suis rentré à la maison, beaucoup de gens affluaient déjà à l'église où le corps du Père William avait été déposé pour un dernier adieu, l'y suis allé avec ma mère. Dans l'église, je n'ai vu que des gens consternés, abasourdis et perplexes, et sur leurs visages, la question -. Pourquoi lui, pourquoi justement ce prêtre de 57 ans ? Moi aussi, j'étais perdu. Et en même temps, j'ai senti monter en moi une question qui s'est répétée encore et encore : que puis-je faire pour ces gens ?]'ai senti que je devais sortir de moi-même. J'ai levé les yeux vers une grande image du Sacré-Cœur de Jésus, et me suis tourné vers mon propre cœur : Seigneur, que veux-tu que je fasse ? Puis j'ai incliné mon regard et j'ai vu le cercueil du Père William. C'était la réponse : être prêtre. Alors, l'avenir que je m'étais échafaudé s'est effondré et un autre échafaudage s'est élevé à sa place, sans que j'aie à y ajouter la moindre brique. Beaucoup d'autres signes de la miséricorde de Dieu ont suivi, jusqu'à ce que je dise finalement oui à l'appel de Dieu ».

Chers amis, le Père Werenfried disait souvent dans ses sermons qu'il renoncerait volontiers à l'intégralité d'une quête s'il y avait dans l'église un jeune homme disposé à mettre sa vie au service du Seigneur. Aujourd'hui, beaucoup de jeunes écoutent l'appel du Seigneur et ont besoin de vos dons.
Pour la plupart, ils sont pauvres et n'ont pas les moyens de payer leurs études ni leur formation. Plus tard, cependant, ils partageront ce qu'ils auront reçu du Seigneur et feront des miracles en son nom.

Père  Martin BARTA
AED - Assistant ecclésiastique international

Les Mées

Saint-Auban

Malijai

Volonne

Peyruis

L'Escale

Dabisse

Montfort

Lurs

Sourribes